Né à Ornans Gustave Courbet provient d'un milieu aisé dans le Doubs, il fait des études à Besançon. Il fera vers 1846 un voyage en Hollande pour compléter sa connaissance de Rembrandt et de Franz Hals.
   Après quelques toiles d'inspiration romantique,
il se fait défenseur du réalisme et
commence à se faire connaître au salon de 1844 par l'Autoportrait au chien noir. Il fréquente Baudelaire, dont il peint le portrait en 1848, le socialiste Proudhon et Champfleury (l’un des premiers à parler du réalisme peinture).
En 1855 , Courbet expose avec une quarantaine d'autres toiles dans un baraquement qu'il appelle "le Pavillon du Réalisme".

L'Enterrement à Ornans (1849)

enterrementaornans

Objet de scandale et de succès à la fois, la légende de Courbet est formée. Nous constatons une peinture sombre avec une tombe ainsi que des personnes religieuses ,la haute bourgeoisie et des personnes de « basses classes », sur un fond linéaire où nous percevons des falaises.

Ce tableau sera l’objet d’un scandale car le peuple est représenté avec des personnages de haut rang. En outre, la scène est d’une crudité macabre sur des détails, notamment la fosse mortuaire. L’oeuvre est donc sombre, ce qui tranche avec les peintures auxquelles le public est habitué à l’époque.

Sources :

-http://www.ac-versailles.fr/etabliss/clg-guimoc-gennevilliers/histart4/biocourbet.htm

-http://eclos.free.fr/gustave/Gust_vie.php